Back to top
Lyne Bansat-Boudon
Nom Bansat-Boudon
Prénoms Lyne, Reine
Naissance Clichy (France)
Sections
Sciences religieuses
Statuts et fonctions
Directeur d'études
Directions d'études
Religions de l'Inde : rites et systèmes de représentations dans les textes classiques (octobre 2000 à octobre 2013)
Religions de l'Inde : études shivaïtes  (octobre 2013)
Distinctions
Prix de la Fondation Émile Senart de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres
Chevalier dans l'Ordre des Palmes académiques
Situation de famille
mariée
Équipe de recherche
EA 2723 (EPHE/Collège de France), « Le Monde indien. Textes, sociétés, représentations »
Unité de recherche
UMR 7528 « Mondes iranien et indien »
Études et formations

Après des études secondaires de Lettres classiques au lycée Lamartine (Paris), une hypokhâgne au lycée Lamartine (1967-1968), et une khâgne au lycée Fénelon (1968-1969), elle obtient une licence et une maîtrise de Lettres classiques à l’Université de Paris IV. Parallèlement, elle se forme à la grammaire comparée des langues indo-européennes à l’Université de Paris X-Nanterre et s’initie au sanskrit et aux études indiennes grâce à l’enseignement de Charles Malamoud au département d’ethnologie de Nanterre (1970-1972), ce qui la conduit à préparer une agrégation de grammaire, obtenue en 1973. En poste dans le secondaire, elle poursuit ses études d’indianisme à l’EPHE, où elle assiste aux séminaires d’Armand Minard* (IVe section), de Madeleine Biardeau et de Charles Malamoud (Ve section), ainsi qu’à l’Université de la Sorbonne nouvelle-Paris III, avec les cours de Marie-Claude Porcher et de Colette Caillat. Après un certificat de sanskrit et une licence en études indiennes délivrés par Paris III, elle obtient, sous la direction de  Marie-Claude Porcher, un DEA en études indiennes, en 1982, et commence un travail de doctorat. De 1982 à 1988, elle effectue plusieurs séjours en Inde (à Ujjain et à Bénarès) afin de se former à la tradition indienne d’érudition auprès d’un pandit, K. D. Tripathi.  A l'invitation de Charles Malamoud, elle participe également aux activités d’enseignement et de recherche du Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie comparative dirigé par Olivier Herrenschmidt, à l’Université de Paris X. En 1989, elle soutient un doctorat d’état ès lettres de l’université de Paris III, mention « Etudes indiennes » : Poétique du théâtre indien. Lectures du Nāṭyaśāstra. Publié en 1992, il a reçu le prix de la Fondation Émile Senart en 1993.

Parcours professionnel, responsabilité à l'EPHE

1994-2000 : chargée de conférences à l'EPHE, section des sciences religieuses

1994-2002 : membre de l'équipe EPHE (sciences religieuses): "Le monde indien— anthropologie d'une civilisation",  dirigée par Charles Malamoud et Marie-Louise Reiniche 

2000 : Elue Directeur d'études sur la chaire « Religions de l'Inde: rites et systèmes de représentations dans les textes classiques » — intitulé modifié en 2013: « Religions de l'Inde: études shivaïtes »

2002-2006 : Membre du bureau de la section des sciences religieuses; membre élu du conseil scientifique et du conseil d'administration de l'EPHE

2002-2009 : Directrice de l'EA 2723 (EPHE/Collège de France) : "Le monde indien. Textes, sociétés, représentations".

2006-: Membre élu de la commission scientifique de la section des sciences religieuses

Parcours professionnel hors EPHE

Professeur agrégé de grammaire (chargée d'enseigner les lettres classiques; création d'une section de grec ancien), Collège de Villiers-le-Bel (1973-1982)

Chargée de cours (sanskrit et civilisation indienne), Université de Paris X-Nanterre (comme successeur de Charles Malamoud), département d'ethnologie (1983-1989)

ATER (sanskrit et civilisation indienne), Université de Lille III (1989-1990)

Maître de conférences (sanskrit et civilisation indienne), Université de Lille III (1990-2000)

Membre senior de l’Institut Universitaire de France, chaire d’indianisme (1999-2000 ; membre honoraire depuis son élection à la section des sciences religieuses)

Autres activités

Membre de sociétés savantes :  IASS (International Association of Sanskrit Studies), AFEI (Association Française pour les Etudes Indiennes), Société asiatique, EASAS (European Association for South Asian Studies), American Oriental Society, Association des « Amis du Centre Louis Gernet », Association des « Amis de la Section des sciences religieuses »

2000- : Membre du comité de rédaction de la revue Purushârtha, publication du CEIAS, Éd. de l’École des hautes études en sciences sociales 

2015-: Membre du conseil scientifique de l'Institut d'études avancées de Nantes

Domaines de recherches

Les recherches de Lyne Bansat-Boudon relèvent de la philologie sanskrite. Elle a consacré ses premiers travaux au théâtre de l'Inde ancienne et à sa théorie, consignée dans le Nāṭyaśāstra (IIe s. de notre ère), traité fondateur de la théâtralité indienne. Le seul des nombreux commentaires à ce texte à nous être parvenu étant celui d'Abhinavagupta (Xe-XIe s.), théoricien de l'esthétique indienne et prestigieuse figure du śivaïsme non dualiste du Cachemire, LBB s’est tournée vers l’immense corpus de ce système de pensée — des Tantra et Āgama aux textes des deux grandes écoles médiévales du Spanda et de la Pratyabhijñā. Le changement d’intitulé de sa chaire (« Religions de l’Inde : études shivaïtes ») reflète cet infléchissement, de même que quelques-uns de ses derniers travaux, notamment, l’édition et la traduction annotée d’un texte d’Abhinavagupta, le Paramārthasāra, publiées en 2011, et le travail en cours (avec J. Törzsök) que constituent l’édition et la traduction du Gītārthasaṃgraha, commentaire śivaïte d’Abhinavagupta à la recension cachemirienne de la Bhagavadgītā. Parallèlement, elle a poursuivi ses recherches sur le théâtre et l’esthétique, ainsi que sur ces domaines connexes que sont le kāvya, littérature savante de langue sanskrite, et la poétique, avec un intérêt particulier pour le Dhvanyāloka et son commentaire par Abhinavagupta. Elle s’efforce, tant de mettre au jour le réseau d’affinités que tissent pensée esthétique et śivaïsme non dualiste cachemirien que d’appréhender la théâtralité indienne la plus ancienne dans les formes contemporaines, telles que le Kathakal̥i et le Kūṭiyāṭṭam, qui la perpétuent à divers degrés (d'où sa participation au projet international “Kudiyattam: Living Sanskrit Theater in the Kerala Tradition”). Elle s’intéresse également à la grammaire et à la philosophie de la grammaire, autour de l'école de Bhartr̥hari, ainsi que, plus largement, aux spéculations linguistiques indiennes, qui occupent une place considérable dans la doctrine śivaïte et incluent les différents aspects de la pratique mantrique. Il y a là un corpus qu'il lui paraît utile d'éclairer par le point de vue occidental, en recourant aux outils conceptuels proposés par les sciences du langage.

Publications principales

Ouvrages

- Poétique du théâtre indien. Lectures du Nāṭyaśāstra, Paris : EFEO (« Publications de l’EFEO », 169), 1992, 519 p.

- Le Théâtre de Kâlidâsa, Paris : Gallimard (« Connaissance de l’Orient », 92), 1996, 522 p.

- Pourquoi le théâtre ? La réponse indienne, Paris : Mille et une nuits (« Les Quarante piliers »), 2004, 293 p.

- En collab. avec K.D. Tripathi, An Introduction to Tantric Philosophy: The Paramārthasāra of Abhinavagupta with the Commentary of Yogarāja, Londres/New York, Routledge (Routledge Studies in Tantric Traditions, 3), 2011, XI-462 p.

Collectifs et direction d’ouvrages

- Puruṣārtha, 20 : Théâtres indiens, Paris : Éd. de l’EHESS, 1998, 368 p.

- Théâtre de l’Inde ancienne, Paris : Gallimard (Bibliothèque de La Pléiade), 2006, 1574 p.

- Codirection avec R. Lardinois, Sylvain Lévi (1863-1935). Études indiennes, histoire sociale, Turnhout : Brepols (BEHE sciences religieuses, 130), 2007, 536 p.

- Codirection avec J. Törzsök, Journal of Indian Philosophy, 42 (1), 2014 : Special Issue on Śaiva Philosophy.

Articles:

- « Le cœur-miroir. Remarques sur la théorie indienne de l’expérience esthétique et ses rapports avec le théâtre », Les Cahiers de Philosophie, 14 : L’Orient de la pensée, Philosophies en Inde, 1992, 133-154.

 - « Le sentiment contemplé. Remarques sur la poésie dans les spéculations indiennes », Poétique, 92 1992, 419-425.

- « L'épopée mise en scène : l'exemple de l'Uttararāmacarita », Journal asiatique 288 (1), 2000, 83-111.

- « Dharma and Drama in Indian Speculations », Indologica Taurinensia, 17-18, 2001, 35-62.

- « On Śaiva Terminology: Some Key Issues of Understanding », Journal of Indian Philosophy 42 (1), 2014, 39-97.

- « Une lecture śaiva de Bhartr̥hari. Enquête sur une citation corrompue de l’Abhinavabhāratī », Indologica Taurinensia 37, 2011 [publ. en 2014], 37-74.

- « Aesthetica in nuce dans le mythe d’origine du théâtre indien », dans S. D’Intino et C. Guenzi (dir.), Aux abords de la clairière. Études indiennes et comparées en l’honneur de Charles Malamoud, Turnhout, Brepols (“Bibliothèque de l’Ecole des hautes études, Sciences religieuses), 2012, 213-238.

- « The Contribution of Nondual Śaivism of Kashmir to the Debate on jīvanmukti: a Thematic Perspective on the Question of Periodization », dans E. Franco (ed.): On Historiography and Periodization of Indian Philosophy, Vienne, De Nobili Research Library (Publ. of the De Nobili Research Library 37), 2013, 307-325.

- «The World on Show, or Sensibility in Disguise. Philosophical and Aesthetic Issues in a Stanza by Abhinavagupta (Tantrāloka I 332, Locana ad Dhvanyāloka I 13) dans E. Franco et I. Ratié (eds.): Around Abhinavagupta. Aspects of the Intellectual History of Kashmir from the Ninth to the Eleventh Century, Berlin, LIT Verlag, 2016, 33-79.

Sites internet référents
Auteur de la notice
Lyne Bansat-Boudon
Mise à jour
 le 30 août 2017 - 12:41